Menu principal

DISPOSITIF D'INFORMATION ET D'ACCOMPAGNEMT

Communiqué de presse : Préfecture 25 mars 2020

Dispositif d’information et d’accompagnement

L’actuelle nécessité de confinement, imposée par la protection sanitaire de la population, ne doit pas être un obstacle à la lutte contre ces violences physiques ou psychologiques.

Le dispositif d’information et d’accompagnement des victimes de violences a été renforcé et adapté à ces circonstances exceptionnelles :

  • en cas d’urgence, l’appel au 17 « Police secours » est opérationnel en permanence et déclenchera l’intervention de la police ou de la gendarmerie
  • les commissariats de police et brigades de gendarmerie demeurent ouverts à l’accueil des victimes. Le trajet pour s’y rendre, au plus près de son domicile, est un motif légitime de déplacement dérogatoire (cocher la case « motif familial impérieux » sur l’attestation de déplacement dérogatoire)
  • un accueil numérique est également assuré via les plateformes de signalement en ligne des violences sexuelles et sexistes : https://arretonslesviolences.gouv.fr/
  • le 3919 répond du lundi au samedi (9h-19h)
    les associations spécialisées poursuivent leur travail d’écoute et d’accompagnement de proximité :
  • AIS 35 : Pour le ressort du tribunal judiciaire de Rennes : 02 23 50 06 37 ou 06 51 29 98 56 | sas.rennes@ais35.fr
  • France Victimes /SOS Victimes 35 : 02 99 35 06 07 tous les jours de la semaine de 9h à 12h et de 14h à 17h (un message peut être laissé sur le répondeur en dehors de ces horaires) | sos-victimes-35@wanadoo.fr
  • ASFAD : 02 99 54 44 88
    • Planning Familial : 02 99 31 54 22 / numéro vert national IVG : 0800 08 11 11
  • Les avocats du barreau de Rennes : 02 99 31 16 62.
    La permanence victimes est disponible de 10h à 20h 7 jours sur 7 : 06 27 47 81 47 – 06 27 47 81 37

A noter :

  • Les pharmacies sont identifiées  pour recevoir une demande d’aide d’une victime de violences, elles peuvent mobiliser les forces de l’ordre très rapidement (dispositif prévu par le Ministère de l’intérieur et l’Ordre des pharmacies).
  • Une victime qui s’échappe du domicile conjugal ne peut pas se voir reprocher de ne pas avoir d’attestation.
  • Le Ministre de l’intérieur a annoncé hier la possibilité pour une victime d’envoyer un SMS au 114 pour donner l’alerte aux forces de l’ordre.